Bibliopolis, Votre Partenaire Culture
- 75% sur prix éditeur

Shangri-La par la route du thé et des chevaux

Ajouter à mes favorisAjouter aux favorisProduit retiré de la liste des souhaits 0
Livraison gratuite
En Belgique à partir de 20€
Etat : Neuf
Editeur : National Geographic Society
Prix éditeur: € 39,90
ISBN: 9782845823914

La légendaire Chamagudao, la “route du Thé et des Chevaux”, est un réseau de sentiers muletiers qui relia pendant plus de 1000 ans les provinces du Sichuan et du Yunnan, en Chine occidentale, à Lhassa, la capitale du Tibet

SKU: 9782845823914 Catégorie:

39,90 9,95

Rupture de stock

Le prix barré correspond au prix éditeur

Livraison gratuite
En Belgique à partir de 20€
Achat sécurisé
Par Mollie et Paypal
Jusqu’à -80%
Remises exceptionnelles
Assistance téléphonique
+32 2 315 20 39

La légendaire Chamagudao, la “route du Thé et des Chevaux”, est un réseau de sentiers muletiers qui relia pendant plus de 1000 ans les provinces du Sichuan et du Yunnan, en Chine occidentale, à Lhassa, la capitale du Tibet : s’étirant sur 2350 km, elle serpentait à travers le plateau balayé par le vent et érodé par la neige, franchissait à gué les eaux glaciales du Yangzi Jiang, du Mékong et de la Salouen et longeait des précipices vertigineux menant à des cols de plus de 5000 m d’altitude avant de redescendre vers la ville sainte.
Reliant les monastères, les villages et les groupes ethniques les plus isolés, la Chamagudao se développa à partir du Xe siècle pour satisfaire un échange commercial historique entre le puissant empire chinois et le peuple tibétain. L’armée chinoise avait besoin des chevaux tibétains, réputés pour leur robustesse et leur pied sûr, afin de repousser les envahisseurs mongols venus du nord, tandis que les Tibétains ne pouvaient plus se passer de thé : introduit au Tibet au vile siècle, le thé était devenu un produit de première nécessité pour la population, qui le consomme mélangé à du sel et à du beurre de yack.
L’échange du thé contre des chevaux connut son apogée au XIIIe siècle, la Chine troquait alors des millions de kilos de thé contre quelque 25000 chevaux par an, mais le commerce se poursuivit le long de la Chamagudao jusqu’en 1950, grâce à l’abnégation des porteurs de thé qui convoyaient, au péril de leur vie, les briques de thé noir à dos d’homme, de yack ou de mulet jusqu’à Lhassa. Aujourd’hui, la Chamagudao disparaît sous un réseau de routes goudronnées sillonnées par les voitures et les camions et, alors que la culture chinoise absorbe peu à peu les traditions tibétaines, la route du Thé et des Chevaux apparaît comme la relique d’un temps révolu.
Hormis les monastères qui la jalonnaient, il n’existera bientôt plus aucun témoignage de cette route commerciale autrefois si importante. Les besoins des Chinois en chevaux disparurent au XVIIIe siècle, mais les Tibétains ont aujourd’hui un nouveau produit à leur offrir : un champignon parasite, qui se nourrit de la larve d’une chenille et ne pousse que sur le plateau tibétain, à plus de 3000 m d’altitude.
Panacée contre les ravages de l’âge et les problèmes de santé, du simple mal de tête au cancer, le yartsa gunbou se négocie en Chine deux fois plus cher que l’or, et sa récolte a permis aux nomades de troquer leurs chevaux contre de puissants 4×4 et des motos. En nous entraînant sur la piste de la Chamagudao, Michael Yamashita nous offre un regard rare et intime sur l’évolution du Tibet, à la fois ancien et moderne, religieux et touristique, raffiné et réaliste, avant que les légendes et les mystères de la route du Thé et des Chevaux ne s’évanouissent dans la brume tibétaine.

Spécification: Shangri-La par la route du thé et des chevaux

Format Relié
Etat
Nombre de pages 271
Editeur

Avis des utilisateurs

0.0 hors de 5
0
0
0
0
0
Ecrire un avis

Il n'y a pas encore d'avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Shangri-La par la route du thé et des chevaux”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bibliopolis
Logo
Réinitialiser le mot de passe